stma

Bienvenue sur mon blog

 

…. L’Echauffement…

.... L'Echauffement...  dans 1.1 L'ECHAUFFEMENT humour-gym-big-150x150  L’échauffement, en sport, est la période de début d’entraînement (ou de compétition), de durée plus ou moins longue et d’intensité plus ou moins importante. L’échauffement consiste en une mise en route cardio-pulmonaire et une mobilisation articulo-musculaire.

Pourquoi ?

 Il s’agit d’une préparation musculaire et articulaire de tout le corps, et d’une activation des grandes fonctions :  La circulation sanguine et la respiration.

>   L’augmentation de la température du corps (de 37° à 38° environ) améliore l’efficacité de l’activité musculaire et limite les risques de blessures.

 >  L’irrigation sanguine est augmentée tant en volume qu’en vitesse.

 >  La ventilation pulmonaire s’amplifie, accélérant le transport de l’oxygène.

 Deux buts principaux :

  1. La sécurité : Eviter les accidents musculaires et articulaires.
  2. L’efficacité : L’augmentation de la température corporelle favorise l’efficacité de la contraction et du relâchement musculaire, permettant ainsi d’augmenter l’adresse dès les premiers gestes.

En plus de cela, l’échauffement est une étape importante dans la préparation d’une séance ou d’une compétition car il permet une mise en condition mentale et psychologique (concentration, motivation…).

 Les différents aspects :

 Aspect musculaire :

L’augmentation de la température locale sur le plan musculaire entraîne une diminution de la viscosité musculaire  (frottements à l’intérieur du muscle) ; les muscles, les tendons et les ligaments deviennent plus étirables, ce qui entraîne une diminution du risque de blessure.

L’augmentation de la température permet d’améliorer à la fois la capacité de séparation de l’oxygène (O²) fixé par l’hémoglobine et le rendement d’utilisation (15% d’amélioration pour une élévation de 1°).

Le muscle peut se contracter plus rapidement et avec plus de force. Cette vitesse de contraction musculaire peut être améliorée jusqu’à 20% par l’élévation de la température.

De plus, l’apport des substrats énergétiques et l’apport d’oxygène sont améliorés par l’accroissement de l’irrigation sanguine en direction des muscles au travail.

Enfin, l’échauffement permet une augmentation de la vitesse des réactions enzymatiques.

 Aspect cardio-vasculaire :

L’échauffement amène une adaptation cardio-vasculaire plus rapide. Il permet une augmentation de la consommation maximale d’oxygène (V0² max), de la fréquence et du débit cardiaque, des débits locaux musculaires et de la pression artérielle.

De plus, les concentrations de lactates sanguins sont abaissées pour une même intensité d’effort.

 Effets biomécaniques :

Par l’échauffement, l’élasticité articulaire des ligaments et des tendons est améliorée, de même la lubrification des articulations augmente de façon notable.

Cela améliore l’efficacité du geste tout en prévenant les problèmes articulaires.

 Effets neuro-musculaires :

Les influx nerveux se propagent plus rapidement à une température de 38,5° qu’à 37°.

En effet, on observe un ralentissement un ralentissement de la conduction si l’on refroidit la fibre nerveuse, ce qui modifie la vitesse de contraction musculaire et la vitesse de réaction des sujets, ainsi que l’ensemble des paramètres psychiques propices à la performance tels que la vigilance, l’attention, la perception, la concentration ou la motivation.

Principes :

L’échauffement étant une préparation de l’organisme et du corps à l’effort, il doit être progressif à deux niveaux :

> L’intensité : il doit commencer doucement pour accroître progressivement.

> Le contenu : il doit partir du plus général pour aller aux spécifique en lien direct avec le type d’activité et d’effort qu’il prépare.

Il comprend 3 parties :

    Mise en train

    Assouplissements et activation locale

    Spécifique (mise en action dynamique permettant d’entrer dans l’activité).

 

1/- Mise en train :

Objectif : Il s’agit d’une mise en route avec préparation des appareils cardio-vasculaires et respiratoires ; travail de
l’endurance générale.

Durée : de 3 à 5 minutes. Les consignes peuvent être données en temps ou en distance
 (à condition de respecter une allure lente).

Forme : Course lente, intensité faible puis moyenne. Recherche de relâchement, ne pas être essoufflé, la fréquence
cardiaque est aux environs de 120 puls./min.

 

2/- Assouplissements et activation locale :

Objectif : Il s’agit d’une préparation orientée sollicitant les groupes musculaires et les articulations concernées par
l’activité.

Durée : environ 5 minutes. Eviter les exercices trop statiques par temps froid.

Forme : Deux types d’exercices : les étirements et les mobilisations articulaires.

Les étirements :
Il est important de différencier les étirements d’avant effort (préparatoires) de ceux d’après l’effort (récupérateurs). Avant l’effort, des étirements trop longs et intenses diminuent l’efficacité musculaire (diminution de la tonicité, de l’explosivité), il est donc préférable de mettre en place des étirements qui se font debout et d’une durée de 7 secondes par
groupe musculaire.

Règles : – Ne pas donner d’à-coups, l’étirement doit être progressif.

               - Rechercher le relâchement (expiration pendant l’étirement).

               – Une fois le muscle en tension, compter jusqu’à 7

               – Au préalable à l’étirement, le groupe musculaire concerné aura été mis en action pendant 10 secondes afin d’étirer un muscle bien chaud.

 Les mobilisations articulaires :

Il s’agit de mettre en mouvement les articulations qui vont être davantage sollicitées dans l’effort. L’augmentation de la température intra articulaire va permettre une meilleure fluidité de l’articulation et donc une meilleure mobilisation.

Là encore, la sollicitation doit être progressive tant dans l’amplitude que dans la vitesse du mouvement effectué.

Un travail proprioceptif peu aussi être réalisé à base de recherche d’équilibre pour renforcer la stabilité d’une articulation (préventif contre des traumatismes articulaires).

Exemple pour le genou : En équilibre sur une jambe, genou légèrement fléchis, chercher à rester stable 10 à 20 secondes
(éventuellement les yeux fermés).

Règles :    
-    Mobilisation progressive de 10 à 20 secondes par articulation, avec ou sans charge.

-    Insister prioritairement sur les articulations directement concernées par l’activité.

-    Aller d’une extrémité du corps à l’autre pour ne pas en oublier.

3/- Spécifique :

Objectifs : Entrer de plein pied dans l’activité par des exercices spécifiques de plus en plus proches de l’activité même.

Durée : 2 à 3 minutes

Forme : Exercices dynamiques et intenses, brefs et sollicitant gestes, attitudes et compétences propres à l’activité qui va
suivre (courses, impulsions, coordination, rythme…)

Conclusion :

Un échauffement bien construit et efficace doit s’enchaîner sans temps mort afin que les participants ne se refroidissent pas. Il doit être géré dans le temps et dans ses contenus.

Repères d’efficacité : Au cours de l’échauffement, un certain nombre de critères permettent de juger de son efficacité :

*  Les participants ont chaud

* Ils enlèvent un vêtement : Certains transpirent

* Eventuellement essoufflements en dernière partie.

La santé et la sécurité des participants à une activité sportive dépendent de la qualité de l’échauffement, il est donc très important de le préparer et de le conduire avec sérieux et attention.

Les conditions climatiques sont à prendre en compte mais attention, un temps chaud peut être trompeur car la sensation de chaleur, la transpiration, peuvent intervenir sans pour autant que les muscles soient réellement et profondément échauffés.

Et pour vous aider :

> Le tableau de ce que vous devrez être capables de faire au collège : fichier doc Compétences échauffement

> La fiche qui vous permettra de préparer un échauffement complet  : fichier doc Fiche élève échauffement

> Et quelques exemples pour vous donner des idées:

Groupes
musculaires

Situation

Mise en action

Descriptif de
l’étirement

  Quadriceps

 Antérieur cuisse

Passage accroupi -

debout

 Extension cuisse par flexion du genou et extension hanche
(talon-fesse)

 quadriceps-marat dans 2. EPS

Psoas iliaques

Antérieur hanche

Montée de genoux

Fente avant, légère flexion de la jambe arrière en amenant
le genou vers le sol, extension hanche (buste droit).

 kuziora

Ischio-jambiers

Postérieur cuisse

Flexion genoux (talons-fesses)

 Jambes croisées, jambe arrière tendue, descente du buste
en avant (étirement d’une cuisse après l’autre).

Ou

Jambes écartées tendues, rapprocher les coudes du sol

(étirement des deux en même temps).

 dos1-avant-august

Triceps sural

Mollet

Extension cheville, sautillements

Jambe tendue, avant du pied surélevé, bassin vers l’avant.

 mollet-marat1

 

brachial antérieur

Poignets Extension des poignets

En
  position « à quatre pattes », dos non creusé, nuque dans le
  prolongement de la colonne vertébrale, en appui sur les mains avec la pointe
  des doigts dirigée vers les genoux. 
  Basculez légèrement le bassin vers l’arrière en rapprochant les fesses des
  talons pour étirer la partie antérieure des avant-bras.

 poignets

deltoïdes antérieur, moyen et postérieur, triceps

 Epaules, bras

Etirement en opposition du bras

Debout, fléchir un bras, maintenu devant, à l’horizontale, pour placer le poignet sur l’épaule opposée. Avec l’autre bras, exercez une force vers l’arrière, au niveau du coude.

 epaule-coude_op
Dans : 1.1 L'ECHAUFFEMENT,2. EPS
Par stma
Le 18 janvier, 2015
A 12:57
Commentaires :Commentaires fermés
 
 
 

vie et fin d'un club de karaté |
Débutants école de foot LLM |
MARADONA, EL PIBE DE ORO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | liverpoololyon
| PARAPENTE
| cdsmhrc